vendredi 31 décembre 2010

Des lumières pour fin d'année


evening ligts near Thames
Uploaded by julie70. - Exotic and entertaining travel videos.
Pour la fin d'année, au lieu, non avant, la sommaire de l'année passée, une vidéo créé avec des images prises pendant la promenade avec ma fille. Les lumières et réflexions près de la Grande Roue de Londres.

Bonne fin d'année a tous!

jeudi 30 décembre 2010

Magnifique après-midi


Ma fille a acheté des billets pour un des spectacles que nous avons manquées et nous sommes allées, d'abord récupérer le billet mi-prrix puis voir le spectacle de l'après-midi.

Le mari idéal par Oscar Wilde, n'a pas prise de ride, aussi actuelle en fait aujourd'hui que jadis; quand il l'a écrit. Magnifiques décors et acteurs, c'était un plaisir!

Au début, je me lamentais, surtout a moi même que je ne vois plus bien, qu'il y a un homme haut devant nous, que je suis fatiguée, mais au fur et à mesure, j'ai tout oubliée, absorbée par la pièce.

A la sortie, nous sommes descendues jusque la rivière, pas trop loin, entrées a Royal festival hall, puis attirée par les lumières de Big Ben et le parlement et la grand roue, nous avons longée la rivière et prises des images des illuminations.

Rentrant, vers la gare Waterloo, nous sommes tombées sur une boutique des souvenirs.

Pendant que ma fille choisissait trois tea-shirts un pour chaque fils, je parlais avec la vendeuse et prise ces images.
De l'humour anglais que je ne comprends pas bien, une sourire magnifique de la vendeuse et ensuite le chat sur le comptoir.

Les lumières étaient magnifique et je vais les publier une fois que j'aurais éliminé les mauvais prises et corrigées certains trop foncées, mais finalement, mon amour reste dans la rencontre avec les gens et leur sourire. Leur portrait que j'emporte et porte sur mon coeur. Et que je vous offre ici.
Gift shop-seller girl

mercredi 29 décembre 2010

Cadeaux, plaisirs


Encore une dernière fois, la rue du théâtre.

Le billet de théâtre avait été un cadeau de mon fils, pour moi et sa sœur.

Entre autres, mes grandes joies sont les cadeaux que j'ai acheté d'Amazon pour moi même. Ce n'est que ce matin que je viens de réaliser que c'était aussi en souvenir de mes deux maris!

Bien sure, nous avons eu aussi des bonnes souvenirs.

Regarder ensemble, par exemple.

Regarder ensemble notre fille a deux mois, m'a montre ce que c'est une famille. Mais dans ce cas, il s'agit des valses de Vienne que nous regardions chaque 1 Janvier au télévision ensemble, avec autant de plaisir l'un que l'autre. Je ne sais pas si on le transmet aussi en Angleterre, mais j'ai maintenant un vidéo et je pourrais le regarder avec ma fille, bientôt.

Les concerts pour les jeunes avec Leonard Berstein, et les interview des Acteurs Studio, nous le regardions ensemble avec mon deuxième mari, aussi intéressés l'un que l'autre. Et les roses rencontrées sur le chemin, se balançant sur le vent, qu'il m'offrait symboliquement.

Ces jours, quand j'essaye faire un recit de mes pires souvenirs familiales, ces bonnes souvenirs sont bienvenus. Au cours de deux fois 15 ans de mariage, c'est a dire, 15 avec l'un et plus tard (presque 15 ans plus tard...) 15 avec l'autre, j'ai eu pleines des bonnes souvenirs aussi.

Partager, c'était l'un.

Partager divers joies. Promenades, baisers, souvenirs. Spectacles, discussions, passions.

Heltai Jeno, écrivain Hongrois, avait écrit:
Comme tu m'aimais, comme je t'aimais
Comme tu m'embrassais, comme je t'embrassais
Au mois du Mai sous les acacias...
Je ne m'en souviens pas.
C'est l'hiver et la neige recouvre et gèle
Mes souvenirs de printemps tous oublies
C'est l'hiver et je ne m'en souviens pas
Comment en secret, passionnes et tout oubliant
Tu m'embrassais, je t'embrassais
Tu ma bouche baisais, je te le rendais
Tu me serrais et je te serrais
Une mois de mai sous les acacias.
Je ne suis pas poète et je n'arrive pas a bien la traduire, mais c'est un peu ainsi. C'est une des poèmes que je lirai le 5 en Anglais.

C'est dommage que 'baiser' a change, et ne signifie pas ce que c'était avant, ce n'est pas beau de spécifier, mais je ne sais pas comment ne pas devenir vulgaire autrement et la bien traduire.

Mais autre que s'embrasser, tellement des petits plaisirs dans un couple! D'ailleurs, y a-t-il des 'petits' plaisirs? Disons, plaisirs divers plutôt. Eh oui, même regarder ensemble un spectacle, écouter de la musique en direct ou a travers le télévision en fait partie.

Partager des joies.

mardi 28 décembre 2010

Nuit au centre


Hier, j'étais la première fois, ce fin d'année, que je suis allée centre ville.

Nous sommes allées avec ma fille voir une pièce de théâtre, tout au centre, près de Regent Street, entre Trafalgar Square et Picadilly. Pièce, dont je n'a pas bien compris les mots, mais que ma fille a bien aimée.

Comme nous sommes arrivées tôt, nous avons eu le temps d'explorer les environs.

Ainsi c'est la première fois que je me suis rendu compte qu'en fait ces lieux dont je parlais plus haut, sont près l'un de l'autre. En plus, comme ils étaient illuminées pour les fêtes, j'ai pu prendre des photos. Pas trop, puisque nous n'avons pas descendu le Regent, il s'y trouvait une masse des gens énorme!

Finalement, ma fille a proposé de diner dans un petit et tranquille restaurant Andalousie, près de théâtre.

Center London lights_0058
Au théâtre, je me suis rendu compte, que mon anglais n'est pas si bon quand il s'agit des accents anciennes ou venus des divers parts du pays.Aie!

Toutefois, j'ai compris le fil du récit.

Je reste enchantée, d'illuminations, et, j'espère, que ma fille va m'attirer dans les jours qui suivent, encore dans autres parts de Londres.


Je devrais sortir plus souvent!

lundi 27 décembre 2010

Mes récits


Pour faire le bilan de l'année passée, je viens de regarder les vidéos que j'ai mise sur YouTube, ce matin.

D'autres, j'ai mise sur Dailymotion, qui était le lieu utilisé par moi avant, mais comme nettement davantage mettent sur YouTube, j'ai regardé ce matin là.

D'abord, pour écouter ce que la Reine d'Angleterre a dit le Noël, hélas, elle parle tellement sans accents et sans bouger son visage, que je me suis arrêtée a milieu. Mais le vidéo réalisé utilise aussi des images, derrière laquelle elle continue à parler.

Son fils, le prince Charles, parle très bien, par contre, même si le sujet écologique ne m'a pas passionnée.

Ensuite, donc, je cherché "Julie Kertesz" sur YouTube.
JK on YouTube
Le récit, en anglais, de Vieille femme et le mort, dont j'ai mise ici une fois déjà la voix en Français, a été écouté plus de 300 fois. Les Mistaken Identity, dit a Canal Café Theatre et le True Tale a Manchester, environ 100 fois chacun.

Chacun m'est cher, pour une autre raison, mais tous les trois font partie de ce que j'ai réussi pendant les dernières 12 mois.

Le True Tale, puisqu'on m'a payé pour le dire a Manchester, mais surtout, m'a prouvée que dire un récit devant trois ou quatre cent, n'est pas plus difficile que le dire devant vingt ou soixante.

Le Mistaken Identity, le récit de comment j'ai changé du métier, raconté devant 70 personnes au Théatre canal Café du Londres, m'es cher, puisque j'ai réussi a traiter un sujet sérieux, en faisant rire le public.

La vieille femme, regardé plus de 300 fois en anglais et écouté encore davantage en français, m'est chère, me prouvant, que même une voix peut exprimer beaucoup! Mais surtout, je ne vais jamais oublier comment mon petit fils l'ayant adapté a lui même me la dit! Me l'a mimé, me l'a joué.

En regardant en arrière, j'ai fait un pourpouris des photos prises, mais cette année c'est les récits qui ont plus importé pour moi. C'est ce qui est vraiment nouveau! je commence à apprendre à raconter des histoires.

Et j'en suis fière.

J'ai beaucoup étudié, des livres, beaucoup pratiqué des mimiques, beaucoup travaillé sur chacun a tour de rôle. Je commence avoir "ur répertoire" des récits que je pourrais raconter une fois. Chacun différent l'un de l'autre, mais chacun exprimant aussi, quelque chose important pour moi, que je sens important à le dire.

Je viens d'écouter 4 acteurs célèbres, raconter de leurs travail. Raconter devant des jeunes acteurs. Barbara Streisland disant: "Ce qui est important est d'être fermement s'engagéz, l'univers vient alors a l'aide", les circonstances arrivent aider, contribuer, quand on est vraiment décidé et fait tout pour l'accomplir.

dimanche 26 décembre 2010

Galéries Laffayette illuminée


Souvenirs, souvenirs.

Fin d'année en 2006 à Paris. Avec mon petit fils, nous sommes allés regarder les vitrines de fin d'année près des Galéries Lafayette.

Souvenirs, souvenirs.

Voyage avec ma fille, en 1976 en Angleterre et Écosse. Merveilleuses souvenirs qui me sont revenus ce matin, a mon réveil.

J'avais oubliée qu'elle était à Londres déjà, une fois dans sa vie: elle était 15 alors, elle s'approche de 50 bientôt. Quelle joie de l'avoir ici!

Ce matin, même ma santé parait aller mieux!

Hier, un diner fantastique de Noël Britannique, des gens très accueillants, divers. Je me suis sentie si bien, que hélas, sans me rendre compte, j'ai parlé et parlé et parlé, trop. J'ai "occupé trop d'espace".

Parler un peu de soi c'est bien, mais je crois que je n'ai pas laissé les autres avoir assez de temps a raconter leurs histoires. Pourtant, d'habitude je sais aussi écouter. Et en plus, gens intéressants, ils avaient chacun des choses fascinants a dire.

J'étais comme enivrée. Non pas a cause de demi verre de vin rouge, très bonne, bu, mais de la présence de ma fille et mon fils et sa famille et de très bonne accueil de la famille que nous avons visités.

Enivrée de bonheur, probablement.

J'ai mangé et bu, pas mal mangé, d'ailleurs, et je peux maintenant dire, que même le fameux pudding anglais de Noël n'est pas si mauvais que je me souvenais: il peut même être bon! Après tout cela, ce matin, je me sens légère et je n'ai plus mal nul part!

Je suis pleine de "jeunesse" et d'optimisme!

Aujourd'hui, mon petit-fils vient avoir 17 ans a qui j'ai pu écrire à travers le Facebook !

Comme le temps passe.

C'est aussi l'anniversaire de maman et ses cyclamens la saluent de ma table.

C'est aussi Boxing Day en Angleterre. Boxing pas comme jouer de la box, mais "boite": offrir des boites des cadeaux a ses employées. C'est jour férié en Grande Bretagne, même s'il ne sera pas dimanche.

C'est surtout, une journée "avec" pour moi!

Elle dort maintenant, a besoin de repos, mais ma fille est ici! Pas loin! Quelle joie!

samedi 25 décembre 2010

L'arbre de noël de l'hôpital


Pour le moment, c'est la seule près duquel j'étais.

Des très belles ballons!

Hier j'ai passé la veille de Noël en me souvenant des ceux de mon enfance, mais pas seule!

J'avais retrouvé et relu un très bon livre et je m'y suis plongée et j'étais d'un coup dans l'Écosse dans le 15e siècle et à New York d'il y a dix ans. En plus;bien sûr des héros qui s'aimeront et resterons ensemble, en n'importe quelle siècle, pour toujours.

J'ai aussi regardé un concert leçon par Leonard Bernstein tenu a la philharmonique de New York en 1958 sur Sostakovici. Je ne crois pas qu'on peu apprécier les difficultés des artistes vivant en communisme!

J'ai lu hier sur David Oistrach le fameux et extraordinaire violoniste, par exemple: il n'a pas critiqué le régime...Il aurait été a Gulag, enfermé et les doigts gelés, au lieu d'avoir pu jouer!

J'ai découverte d'autres "goodies" cadeau de Blogger, il y a pleine des nouvelles gadgets utilisables dans les blogs! Je vais m'en régaler! Et j'espère, vous aussi.

Pour le moment, c'était vraiment intéressant savoir quels étaient mes postes les plus visités!

Bonne fêtes!

Ma fille arrive ce matin, je m'en vais l'accueillir avec mon fils, cela sera bien sûr, mon plus grand cadeau de Noël.

vendredi 24 décembre 2010

Cadeau pour Noël


Je viens de recevoir un e-mail de Blogger, que beaucoup entre nous utilisent pour publier des notes.

Pour moi, justement, aujourd'hui, cela constitue une vraie cadeau.

Je pourrais, même si pour le moment je ne le ferais pas, mettre une photographie par moi comme fond d'écran dans ce blog. Je pourrais, mettre des nouvelles moyens a suivre vos visites, à savoir par moi et par vous aussi.

Mais surtout, pour ce matin, je pourrais empêcher celle qui s'appelle "nina" et depuis un temps m'envoie des commentaires identiques, n'ayant rien a faire avec ce blog ou ce que j'écris, d'ajouter son fiel et m'obliger encore une fois à la mettre a la poubelle. Ce matin, je l'ai laissé, en répondant. Mais dorénavant, elle ne pourrait plus revenir, au moins, avec la même identité.

"Filtrage des commentaires

Vous avez certainement remarqué le nouvel onglet Commentaires que nous avons ajouté au tableau de bord au cours de l'été, lors de la mise à niveau de la fonction de commentaires. Sorte de "boîte de réception" des commentaires, il permet de centraliser les tâches relatives à cette fonction : suppression de commentaires déjà publiés, gestion des commentaires marqués comme spam ou encore modération des commentaires en attente (si vous avez activé la fonction correspondante).

Nous avons également commencé à analyser l'ensemble des commentaires publiés dans notre système et à classer automatiquement ceux que nous est imons être du spam. Comme avec
le filtrage anti-spam mis en œuvre dans Gmail, vous pouvez nous aider à affiner nos critères de classement en nous confirmant que les commentaires que nous avons interceptés sont réellement du spam. "

Ainsi les spam's de cette "Nina" et ceux des gens comme elle (ou lui), qui que cela soit, seront arrêtés avant de s'attacher à nos blogs, ou au moins, leur travail rendu nettement plus difficile.

Et ce n'est pas tout!

Je viens de tester les deux nouveau gadgets Statistiques, l'un pas trop intéressante, un nombre des pages regardés, la dernière semaine, mois ou tout le temps.  Un chiffre ne parle pas... mais par contre l'autre "miam"!

Je sais maintenant, lesquels des notes "depuis toujours" comme j'ai choisie, oui, c'est aussi à choisir! avaient été le plus souvent lu Comme avec les notes des blogs des copains, dernièrement publiées, on peut choisir combien on y met. Très intéressante à savoir ce qui a attirée les plus des gens, même si des fois les mots des titres ou des mots dedans qui l'ont fait, surement. Mais pas seulement, j'espère.

Et bien sûr, vous mes chers lecteurs, pouvez la savoir vous aussi et si vous n'y avaient pas été encore y jeter un coup des yeux. Voilà mon cadeau de Noël a mes lecteurs.

Vive le travail de l'équipe Blogger et tous de l'équipe et bonne année à eux aussi !

jeudi 23 décembre 2010

2010 en revue


Je viens seulement à commencer.

Revoir ce que j'ai fait, ce que j'ai réalisé, par où j'étais cette année.

J'ai mise sur mon photoblog une deaporama des images, cela m'a aidée, mais seulement partiellement passer l'année en revue.

Que de courage le 1er Janvier!

Je suis restée trois heures a regarder, dans une froide gelée la parade de centre Londres, ne me rendant compte que vers le fin que mes pieds ont gelé dans la botte.

Bonne comencement.

Courage, persistence, détermination.

Cette année, je suis allée en Février près de la mer, pas trop loin d'ici, à Brighton, avec d'atures photographes, belles souvenirs du soleil froid et je me suis perdu des autres vers la fin.

En Mars, c'était les fleurs a admirer, les tulipes des environs a phtographier. En Avril, des concours des Toastmasters dans l'encente du Métro de Londres. En Mai? Marché et un promenade près de la Thamise. Ainsi de suite.

Je croyais avoir été en France en Juillet, mais cette année c'était en Août. En Juillet, je suis allée photographier un carnaval des gens de Amérique de sud, au sud de Londres.

Peut-être, le plus important sont les récits en public, au Théatre Canal Café plusieurs fois, mais aussi dans un restaurant a  Soho, théatre Elephant Bleu, un centre de fois et finalement, à Manchester pour un companie de Whisky.

Je suis allée en Novembre a Dublin, Irelande pour trois jours.

Et me voila, chez moi, en regardant les vidéo des concerts lecons tenus pour des jeunes, a partir de 1958 par Leonard Berstein.. Espérant, que ma fille arrivera pour le jour de Noël. Espérant, ne pas avoir du cancer et devoir être opérée l'année prochaine, et surtout pouvoir l'année prochaine continuer a raconter pleines des histoires!

Un peu moins courageuse ce fin d'année qu'au début de l'année, mais en regardant en arrière, je vois pas si mal toutes les choses accomplies en 2010... après 70 ans.

mercredi 22 décembre 2010

Bonhomme de neige courbé


Un peu comme moi, de temps en temps, le bonhomme de neige, non seulement a perdu sa tête, mais il a commencé a courber, je me demandais hier après-midi, même comment il reste encore "sur pieds".

Un peu comme moi, il a les pieds bien par terre, solidement, je dirais.

Un peu de redoux a suffit pour le détruire, ce fier bonhomme que j'admirais depuis quelques jours.

Avec le redoux, les aéroports commence à ouvrir leurs pistes et avec le redoux, j'espère qu'il vont m'apporter ma fille jusque chez moi, vers la fin de la semaine. Alors, tant pis, pour le bonhomme de neige que j'admirais.

On ne peut pas avoir tout dans la vie.

Des fois, c'est nous qui choisissons, d'autre fois le "sort", mais la vie est bourrée des choix, petites, moyennes et grandes.

Des choix qui sont pas très importantes ou des choix qui changent notre vie complètement, à partir de là. Ces dernières choix, qu'on prends plus ou moins consciemment, des fois même sans réaliser combien cela peut tout bouleverser dans le futur. Elles apportent aussi, par la suite, les meilleures sujets pour un récit.

Il faut de temps, bien sûr, pour se rendre compte tout ce qui est résulté à cause d'une choix que nous avons prise, une voie suivie ou une voie non suivie.

Je vais tâcher dans les jours qui arrivent, réfléchir sur les choix que j'ai prise cette année et sur le chemin parcouru.

Merci pour tous qui l'ont parcouru avec moi a travers ce blog!

mardi 21 décembre 2010

Moitié vide, moitié pleine


Que des émotions je n'ai pas passée hier de matin jusque l'après-midi.

Elle.n'arrive plus

Je n'arrivais pas à y croire d'abord.

Puis, fureur contre l'aéroport International n'ayant prévu un peu de neige et les appareils à le nettoyer.

Ensuite, une profonde tristesse.

Tous ses sentiments et davantage ont passé en moi, un après l'autre. Jusque trouver ce pourquoi ceci est bien: je peux au moins raconter, une fois, toutes les idées qui m'ont trotté par tête. Pour terminer en disant: Ce qu'on a rêvé, imaginé, vie en nous et on ne peut plus la prendre.

Jusqu'à l'après midi, quand finalement, ma fillle a réussi a trouver un billet pour arriver le jour de Noël!

Je recommence à espérer...

Bien sûr, tout cela n'est pas SI important, pas VITALE, mais....

Que des sentiments et émotions condensées dans quelques heures!

lundi 20 décembre 2010

Bonhomme de neige dans la cour


Ce bonhomme de neige, construit par le papa de la petite fille, a même des pieds et chaussures et genoux et mains et muscles, comme une sculpture en glace.

Difficile d'en prendre une bonne image, aussi parce qu'il est grande, en fait plus haut qu'une entière étage.

Hier, je me suis amusée d'aller dans le cour et prendre des photos, la neige était collant ne glissait pas. C'était du "bonne neige".

Mais il aurait dû tomber quelques jours plus tard, une fois que ma fille est arrivée par avion de loin, avant que les aéroports, mal équipés pour l'hiver, et pour pas mal d'autres choses, ne ferment pas.

Ce matin, je ne me sens pas triste, encore, je suis dans l'état de ne pas y croire, ne pas admettre qu'elle ne serait pas ici dans une heure, d'ici là.

dimanche 19 décembre 2010

Il a neigé hier


Hier, il a neigé très fort et l'aéroport de Londres est fermé ce matin.

Je m'inquiète, mais j'espère qu'ils réussiront l'ouvrir jusque demain quand ma fille doit arriver.

Dans la plus grande neige tombant tout autour de nous, mon fils est venu et nous sommes allés, faire des courses.

Ces trois sont des mascottes des jeux Olympiques a venir l'année prochaine a Londres. Je les ai prise avec moi, mais seulement, en photographie.

Snowy tree

A travers la fenêtre de la voiture, les arbres couvertes de glace. Comme les voitures marchaient lentement, j'ai pu prendre aussi ceci.
car before us in the snowing
et cela
Snowy car before us

Nous sommes revenus avec pleines des choses a la maison. Et hier, j'ai regardé encore une fois ma performance de Manchester. J'en ai extrait quelques images, en regardant a l'expression des mains surtout. En fait, je crois, que c'est ce que j'ai fait de plus important cette année.

Autre, qu'aider démarrer quelques uns a mieux parler en public.
youTube true tales Grants
Voila, encore une fois, un Lien a True Tales Video"  à voir ou écouter - en anglais.

Et apprendre, moi même a raconter - non sans peur mais avec enchantement - des histoires personnelles contenant des messages, en public.

Il y a encore tant à apprendre!

samedi 18 décembre 2010

Sourions ce matin!


Merci Lili d'avoir permis, a travers Flickr, de bloguer cette image souriante, me souriante, me faisant sourire ce matin. J'adore!

Devant la maison aie aie aie, tout glisse.

Très peu de neige reste, mais tout à fait verglacé!

J'aurais dû faire des provisions avant. Je ne vais pas mourir de faim, bien sûr, ayant des pattes, du riz, de pommes de terre, et dans le congélateur, du viande et fruits, et même des petits poids.

J'ai oublié de faire assez de provisions de café...

Je n'ai pas de pain, mais j'ai des biscuits.

Oh, même des œufs.

Combien heureux nous aurions été pendant la guerre, et même après, d'avoir tout cela disponible!

Au lieu de café, je peux boire du thé et même un peu de cacao; tant que le lait dure. En plus, je suis sûre, mes enfants l'aiderons aller faire des courses bientôt. Me tenant fermement le main, me prenant en voiture, étant là pendant les jours qui viennent.

J'ai aussi reçu hier, deux vidéos sur Leonard Berstein, dirigeant d'orchestre et la musique intéressantes, et aussi deux livres écrits avec ses articles, qui seront pour mes petits enfants qui savent lire les notes, pas pour moi....

Bonne vacances à tous qui partent aujourd'hui et demain! Vers le neige ou les lieux ensoleillés, chauds.

vendredi 17 décembre 2010

L'année dernière à Grenade


Espagne en Décembre, l'année dernière.

Revoir mes souvenirs, au moins quelques images, et je m'y suis oubliée ce matin.

Ensuite, j'ai reçu une lettre, d'un photographe me décrivant ses problèmes. Il a presque perdu sa maison, sa femme est malade, le toit de la maison à réparer sans argent, il a dû le faire lui même, ainsi que la plomberie qui fuiyait.

Malgré tout cela, plus ou moins résolu pour le moment, il va monter prendre des photos de demi éclipse arrivant le 21 et en écrire dans le groupe que je conduit, et que je suis un peu fatiguée ces temps à m'en occuper.

Quelle meilleure cadeau de fin d'année!

Ensuite, j'ai reçu un livre sur la présentation "nue" et m'y suis perdue, puis mon petit fils est arrivé avec le neige et nous avons regardé ensemble le Magicien d'Oz.

La journée s'était envolée, je ne sais même pas comment.

mercredi 15 décembre 2010

Air festive


Je devrais être dans l'air festive, moi aussi, mais depuis hier je ne réussis pas.

Oui, je sais, non, je ressens que ce n'est pas grave, mais l'alerte de cancer et la consultation rapide qu'on me donne, le 23 Décembre! me fait frisonner quand même.

Probablement, rien spécial, rien que je n'ai pas été dite il y a trois ans a Argenteuil, après que j'ai prise cette photographie du corridor interminable au sous sol de l'hôpital juste avant qu'on me mets dans un tube toute entière pour m'ausculter.

J'étais pourtant troublée hier, toute la journée.

Aujourd'hui, je tâche à ne plus y penser. Ce soir, je lis une histoire, ce soir, dernière réunion de l'année, ce soir, je me prépare à passer une message.

On se sent beaucoup mieux quand on aide ceux d'une situation pire que la notre. Il y en a toujours! Nous nous sentons seuls? Il y en a qui supportent encore moins bien que nous leurs solitude. En soulageant le leurs, on oublie la notre.

C'est en fait, la plus grande message de ma lecture ce soir, mais elle parle aussi de tous, venus de partout du monde à travailler ici et comment on peut apprendre les uns des autres.

Tout cela, à travers une nouvelle, une histoire si bien écrite!

En préparant à la lire le mieux possible, j'oublie, moi aussi, mes soucis.

mardi 14 décembre 2010

PAPA Noël


Papa Noël, exite, bien sûr: c'est moi! c'est nous!

Ils étaient vraiment charmante, ces gosses de six à dix ans, de l'école de mon petit fils, lui aussi d'ailleurs un père noël pour l'occasion avec barbe et tout.

Ils ont chanté, récité, parlé, interviewé même les participant a cette soirée plus de 2000 ans déjà!

Chants, pièce de théâtre ou presque danses, j'ai eu une magnifique heure! Je n'ai pas fait des photos absorbée et conquise, mais vous voilà un peu de l'atmosphère.

Et avec telle enthousiasme!
video

A la fin, juste avant chanter père Noël en anglais, "je vous souhaite une bonne Noël et une bonne fin d'année...." ils ont dit comment on dit "bonne Noël" en 33 langues! Chaque enfant, dans son langue, une après l'autre! Même en Chinois Mandarin! et bien sûre, aussi en Français. Mais, même en Latin!

Entre six et sept, une heure de récital, a l'église, festival donnée par l'école. Ensuite, je suis allée au diner des Toastmasters: nous étions six, est c'était sympa, je suis heureuse d'y avoir été

lundi 13 décembre 2010

Brouillard ce matin


Il fait froid dehors, j'espère que le temps sera mieux cette après-midi quand je dois sortir. Brouillard dense, comme vous pouvez voir, sur cette image prise il y a quelques minutes.

Sur le télévision, j'ai écouté une discussion parlementaire parler pendant une heure entière "sauvons les pubs de nos villages!"

Ici, on boit de bière, surtout - des fois du thé- , pas de vin ou café. Je ne peux me rendre compte combien un Pub est un lieu de rencontre, effectivement, mais surtout pour les hommes, nettement plus rarement pour femmes et familles, qu'un lieu pour s'enivrer.

Ce qui est sur, je n'ai pas vu, a chaque fois que je m'y sois trouvé, aucun homme s'arrêter à un seule chope de bière!

Il y a, je viens d'apprendre, même une groupe des buveurs de bière dans le parlement Anglais! Je ne sais pas s'il existe une groupe de buveurs de vin dans le parlement Française, mais je peux dire, que j'ai vu les dommages que boire de l'alcool peut produire!

On devrait avoir pleine des autres lieux où on peut se rencontrer, non seulement le Pub, mais il parait que dans certaines petite lieux, c'est le seul et, qu'il fait aussi des repas a prix raisonnables.

C'est surtout dans le banlieue de Limerick en Irlande que j'ai vu des familles dans un pub, la plupart est quand même pleine seulement avec des hommes buvant une verre de bière après l'autre, oui, tout en discutant ensemble.

dimanche 12 décembre 2010

La reine csárdás


Quand j'étais adolescente, entre 13 et 14, dans ma vie natale, il y avait des billets a moitié prix samedi l'après-midis pour les jeunes.

J'amais aller voir les opérettes.

J'ai vu pas mal qui m'ont plu, mais la préféré était la princesse Csárdás musique par Kalman, jouée la première fois en 1915. Tellement des arias et une histoire qui nous emportait vers en haut et bas et ainsi de suite. Kalman était hongrois mais, il vivait alors a Vienne.

L'histoire se passe en partie a Budapest et en partie, je crois a Vienne.

On a fait plusieurs films de cette opérette, et on le joue encore aussi au théâtre. Je me suis achetée la version anglais joué a l'opéra de Australie. Csárdás est une danse hongroise, mais pour la traduction anglais, ils ont rebaptisé la princesse tzigane, quoi que l'histoire n'a rien a avoir.

Une autre problème, bien sûr sont les voix.

On ne chante pas de même façon une opérette et une opéra, et les voix des chanteurs d"opéra, ne vont pas très bien, ni, encore moins, je dirais, leur manque de vraiment jouer, la part. En opérette, les acteurs sont davantage acteurs que chanteurs, tout comme dans un musical, mais ils dansent moins que dans les musicales.

En tout cas, quelle plaisir d'écouter la musique!

Quelle plaisir à m'en souvenir!

Sur l'internet, j'ai trouvé aussi plusieurs interprétations hongroise plus véridiques, différents les uns des autres.


Une des chansons, parlant du temps qui est a la pluie, les yeux en larmes. Mais il y en aura encore de meilleur temps, du sourires, de raisins et pain moue! Ne soit pas triste. Joue-le! Jour-que il y en aura!

samedi 11 décembre 2010

Bonne affaire???

Attention!

Il y a pleines des offres, fin de l'année.

Snapfish est le service de Helwett Packard pour imprimer, m'offrait il y a une semaine 50 % moins cher pour des livres photo.

Comme j'aime bien offrir des livres photo fin d'année ou noël, je me suis dit que je vais profiter de la bonne occasion.

En allant sur leur site, je choisis les photos a y mettre, ensuite, la site me demande quel sort de livre je veux, je choisis aussi "la sorte".

Puis, commence le travail qui m'a prise plusieurs heures décider comment mettre les images sur les pages.

Une fois, enfin fini, en allant pour payer, je vois que le discount offerte n'est pas accepté.

J'écris, pour demander ce qui ce passe et on me repond "ce n'est pas pour cet sorte de livre!" que le diminution de prix offerte s'applique. bien sûr, quand j'avais choisi "le sorte de livre" il ne m'ont pas averti! Ni dit comment je peux choisir le sorte de livre pour lequel le 50% s'applique.

Pour le moment, j'ai tout laissé tombé dégouté, quoiqu'ils m'ont écrit déjà deux fois "tu as oublié a terminer?" et en m'envoyant encore une autre code de réduction.

En tout cas, c'est juste un exemple.

Prenez garde de ce qu'on offre comme "bonne affaire"!

vendredi 10 décembre 2010

Heureusement, a la maison!


C'était bien de sortir, et j'ai apprise pas mal dans une seule soirée, mercredi, mais hier, heureusement, je suis restée chez moi.

D'abord, parce que j'avais entendu qu'il y aurait une discussion au parlement et un vote sur les taxes a payer par les étudiants. Je suis des discussions similaires, non pour des raisons politiques, mais surtout pour apprendre mieux l'anglais et comment on parle bien.

Je dois reconnaitre que le plus souvent, les débats de parlements sont plutôt exemple de mauvais discours, hélas, pas beaucoup savent bien dire ou lire, mais hier après-midi, c'était exception. Le sujet les avait passionnée et j'ai entendu pas mal des bonne discours.

Au milieu, je suis allée dormir: cinq heures de débats était trop.

Entre temps, sur la rue, pas loin de où j'avais été juste 20 heures auparavant, au centre Londres, des étudiants ont manifesté, protestant contre le loi laissant les universités de demander trois fois davantage. Bien que, si j'ai bien comprise, ils ne doit repayer qu'après les études et s'ils gagneront très bien.

En tout cas, avec les étudiants, d'autres se sont mélangés, venus surtout a faire de casse, et une lutte avec la police c'est ensuit. Il paraît qu'ils ont cassée des fenêtres, tâché d'attaquer des immeubles publiques et, vers la fin de la soirée, même attaqué la voiture dans lequel le prince Charles et son épouse allaient au théâtre, jetant un pot de peinture et brisant une fenêtre!

En plus, ils sont partis ensuite, vers les deux rues les plus commerciales, Oxford et Regent, dans laquelle les gens étaient en train de faire leur achats de Noël. J'ai suivie un peu, les nouvelles, montrés sur le télévision, avec pleine des policiers sur la rue, heureuse de n'avoir pas dû sortir ce soir-là.

Heureuse, d'être a la maison.

Peut-être, je sortirai un peu aujourd'hui, dans la petite ville - faisant partie de "Londres" où je vis, tout est très tranquille. Et même ce matin, je suis sure, au centre. J'aime bien faire des reportages, mais pas être coincé à cause d'un manif mal tourné!

Il fait bien chaud chez moi.

jeudi 9 décembre 2010

J'ai enfin osée


Finalement, j'ai osée sortir.

Pour me rendre compte que dans le centre des Londres, il n'y a plus de traces de l'hiver. Les seules traces de neige et de sol glacé par ici ou par là, je les ai trouvé sur ma courte rue!

Je me suis rendu compte, que j'étais exagérée dans ma peur de sortir dehors. J'aurais pu la faire avant!

Bon, admettons, depuis deux jours, il fait plutôt plus deux que moins deux dehors. Samedi encore, sortant avec mon fils, il glissait pas mal, un peu partout.

Le club que j'ai découverte est près de la Tamise, j'ai pu donc faire quelques images des lumières autour de la rivière dans la nuit, comme la nuit arrive tôt des jours-ci. En sortant, j'ai aussi prise le courage de sortir davantage par la suite.
Lumières sur la Thamise-08
Il faut faire le premier pas.

Le club, avec son président et vice président d'éducation, que vous avez pu voir, est sympa et attirant... comme disait Dutronc dans un chanson que j'aimais tant jadis. J'ai écouté hier, je ne comprends plus bien ce qui m'attirait tant à cette chanson-là. Je crois que dans les temps, j'espérais rencontrer quelqu'un, au moins dans mes rêves et en même temps, je le craignais.
London night around Temple-32d
Je vais aller dorénavant, une fois par mois, dans ce club. On verra ce que cela donnera. J'aime leur flexibilité: expérimenter. De chaque club, chaque personne, on peut en apprendre quelque chose de nouveau!

mercredi 8 décembre 2010

Photo balades


J'ai toujours aimé a me promener, flâner, avec un autre photographe, venu d'ailleurs, sur la rue ou les marchés.

Il m'en reste des souvenirs pour moi et pour eux.

Surtout de la façon différente que nous voyons ce qui nous entoure. Mais aussi quelques images prises l'un de l'autre.

La première photobalade était à Paris, avec Giulia, une autre Julie italienne mais habitant à Paris à ce moment-là. Nous avions même mise en commun nos images avec le mot clé Julie&Julie!

Pas mal des autres, rencontrés à travers Flickr, sont venus se balader avec moi a Paris ensuite, d'Espagne, de New York ou New Zeeland. Du Canada ou de Sud de France. A chaque fois, c'était une aventure agréable, un rencontre intéressant.

La dernière, balade à Londres avec Jannypanns, venue ici d'Australie, c'était au marché près de pont Londres, Borough market. Hier, elle a mise cette photo de notre rencontre sur le web.

Ce qui m'étonne, encore, combien je peux paraître bien sur une image, et quand je suis heureuse, "photogénique", pour un moment. En vie réelle, je ne me voix du tout ainsi.

Mais pour un instant, de temps en temps, j'y crois et cela me fait plaisir. "Pas si mal que ça" je me dis.

Hier, j'ai eu aussi la joie de recevoir une message de Iles Canary, c'est quelque part loin, n'est pas? Une institutrice me demande de prendre des photos de Noël dans la rue pour montrer a ses élèves qui apprennent anglais.

J'ai fait trois albums sur flickr, avec Noël en Angleterre, en France et en Espagne. D'ailleurs, je suis convaincu qu'elle aurait pu trouver d'autres mais qu'elle est arrivée à mon blog anglais, c'était un plaisir. Je me demandais des fois, "quelqu'un vient-il le lire?"

Aujourd'hui, j'espère prendre des nouvelles images, cette après-midi je vais sortir!

mardi 7 décembre 2010

Il y a une année

J'ai l'impression que tant de temps c'est passé, pourtant c'était seulement l'année dernière au centre commercial Oxford and Regent rue de Londres. "Sale sale sale" des ventes à des prix très réduits et des gens malgré le peur des vendeurs, achetant et achetant.


Ici quelques images retravaillées, cette année je ne suis pas - encore - sortie, vers le centre, en Décembre. Bientôt!

lundi 6 décembre 2010

Nouvelles lunettes!

Est-ce que j'ai dit déjà?

J'ai enfin mes nouvelles lunettes!

Je suis surtout très heureuse de mes lunettes spéciales "écran ordinateur" avec une couche contre brillance. Très contenta que j'ai décidé à ajouter l'argent en plus que cela coutait. Un investissement valalnt vraiment la peine.

Mes lunettes de lecture, je m'en rejoue un peu moins.

Pas de miracle! Je ne vois toujours pas bien ou facilement les lettres écrites en petit ou mince ou grises. Le livre sur "présentation en racontant une histoire" que j'espérais lire facilement avec, toujours pas facile a lire, hélas. Et bien sûr, la voile n'a pas disparu non plus, surtout de mon yeux gauche.

Ainsi va la vie.

Je vais tâcher autant que possible de lire des livres en lettres "normaux" pas ultra petits économisant le papier ou essayant paraître plus élégante par le minceur de leur typographie. La problème: comment savoir d'un livre quand on la commande à travers le web?

Certains livres, on peut "voir" quelques pages de début ou table de matière - mais la plupart non.
=====
J'ai resté encore sagement a la maison, hier, mais j'ai eu pleines des bonnes idées. Je cherche a raconter "l'abus conjugale" d'une façon différente. D'en tirer une leçon, de voir "ce qui était bon a la longue" et a quoi cela m'avait servie.

J'ai trouvé quelques bonnes idées pour mon récit que je dirais en Mars en regardant la "chose" dans un plus grande contexte.

Au début, je revenais seulement à une seule scène, de nouveau et de nouveau. Le point le plus bas de ma vie, je me disais. En me demandant "pourquoi" sans vraiment avoir des réponses, ou la réponse. Pourquoi d'un garçon doux - tel que perçu par la plupart des gens en notre jeunesse - il est devenu un homme brutal? Pourquoi j'ai supporté a être frappé (non pas battue) sans m'en éloigner plus tôt?

Je n'ai pas beaucoup des réponses - ou j'en ai trouvé trop, mais j'ai la réponse "à quoi cela a été bon pour moi." A la longue, bien sûr.

Jeune mariée, j'ai fais trop de sacrifices pour lui plaire. L'amour s'est plus important. Le nous est le plus important - je me disais. J'ai perdu pour presque sept ans, un peu sinon pas tout de ma personnalité. Après le choc, après avoir réalisé qu'a n'importe quel moment et n'importe quel motif il peut éclater, je m'en suis éloignée, lentement.

D'abord, seulement des pleurs avec les dents claquant qui n'arrivaient pas s'arrêter. D'abord, incompréhension, comment je me suis trompée tant sur lui, comment cela peut m'arriver. D'abord, je me sentais seule et perdue.

Ensuite, je me suis remise à étudier. En me disant, que les études m'ont sortie souvent des chagrins. Je me suis approchée encore davantage de mes enfants et éloignée de l'amour perçu comme si important et si forte. Il y en aura tellement à raconter!

Mais aujourd'hui, je suis ici à "raconter l'histoire" et lui est morte subitement avant ses 55 ans, a la longue, ce n'est pas la force brute qui était la plus forte. Ce n'est pas le playboy qui a eu le plus des succès ou les plus importantes.

Je ne suis pas restée aussi longtemps dans le "trou" que j'avais l'impression, même si il m'a encore frappée deux fois quelques années plus tard, même si j'avais peur de ses réactions subites. J'ai continué et me suis absorbée de plus en plus, non seulement dans mon travail mais surtout mes études. Il n'a pas aimé? Tant pis. Je n'ai pas renoncé. J'ai reprise d'écrire dans mon journal. Pas tant et tout que j'aurais voulu, mais tout en serrant les dents, je n'ai pas abandonné.

Je ne suis pas encore au bout de mes réflexions, mais déjà je vois l'histoire sur une autre angle. D'ici Mars, je vais réussir à la raconter non pas comme une victime, mais une survivante. Aidant, peut-être quelqu'un, lui donnant courage ou exemple. En mettant le récit dans une plus grande contexte. Et même, trouvant des points de humour ici ou la pour soulager l'atmosphère du récit.

Je n'ai pas encore trouvé l'humour, mais je vous promets, je trouverai!

Sinon, rire, au moins des sourires.

dimanche 5 décembre 2010

Adios Granada


Il y a une année, presque, avant mon départ d'Espagne.

Grenade sur un mur près de notre hotel: il pleuvait ce jour-là.

Beau temps et surtout chaud, pour le reste.

Arrivée a Madrid, l'aéroport en débandade tout comme maintenant. Très mauvaise organisation pour s'occuper des voyageurs ne comprenant pas ce qui arrive et ce qu'ils peuvent faire.

Des queues interminables juste pour pouvoir poser une question.

C'est dans situation de crise que j'ai perdu celle que j'espérais qu'elle deviendra mon prochaine amie de Londres, la dame plus vieille que moi de dix ans.

Nous avions des vues très différentes sur comment affronter une crise et comment s'en sortir.

Pour elle, c'était de s'aligner, faire comme tous les autres. Rester en rang, attendre. Pour moi, c'était de tâcher me "débrouiller", utiliser tout possible pour s'en sortir le mieux.

Les langues que je parle, l'âge avancé que nous avions, etc.

"Je n'utilise jamais mon âge!" me disait-elle d'un air pincé, quand je lui dit que peut-être on pourrait partir plus tôt, on avait du place sur un avion avant la nôtre, tout en continuant rester en ligne "comme les autres" et devenant de plus en plus fatiguée en même temps.

C'était déjà bien après minuit, bien après que nous aurions dû être de retour a Londres.

Pourtant, on nous avait offerte, ce départ, possible avant les autres a cause de notre âge.

Avec le temps, l'air entre nous s'est empiré.

Après notre retour, elle n'a jamais plus voulu même me voir.

Le souvenir me fait encore mal, même si peut-être "c'est mieux ainsi" mais profondément en moi, j'espérais que j'aurais enfin une nouvelle amie près de chez moi, pas seulement au loin.

Chaque jour, en me lavant le main avec le savon liquide qu'elle m'avait offerte six mois avant notre coupure, ah oui, cela dure trop longtemps, mais je ne vais pas le jeter pour autant, j'ai encore un pincement de cœur.

En fait, déjà a Londres, vers la fin, nous ne trouvions pas vraiment de quoi parler, et, a Grenade, nous avons déjà eu des conflits qui ne s'est qu'empiré en situation de crise. Pas une crise grave, heureusement, on n'est pas arrivée là. Je suis sûre, qu'elle expliquerait la situation autrement.

C'est normal.

Chacun de nous justifie ses actions et chacun a ses propres façons de se comporter, sa façon de voir "comment on doit se comporter en tel ou tel circonstances."

Tout cela est passée, mais fait encore partie des choses dans ma vie qui heurtent. Avec le temps, et éloignement, et, peut être aussi la racontant, cela va heurter moins.

J'ai appris trop tôt peut être, que rester sagement au queue avec les autres mène au chambres de gaz, a la perte de vie, rien de bon en tout cas. J'ai appris trop tôt, a éviter les queues autant que possible ans ma vie, en tout circonstances.

Elle a dû apprendre a se conformer, pour survivre dans l'Angleterre après la guerre. Je suppose.

Ce que nous sommes dépend de nos origines, nous n'étions si différentes dans cela, mais aussi ce que chacun a vécu durant sa vie, ses expériences personnelles. Du moment qu'on explique a l'autre, qu'on comprenne nos différences, cela n'est pas grave.

S'ouvrir, raconter des histoires vécues!

samedi 4 décembre 2010

Je n'ai pas osée


Je n'ai pas osée sortir hier soir.

Je ne suis pas allée a une réunion pourtant intéressante, je suis sure.

Peut-être le bus marchait et il n'était pas trop froid non plus, mais devant chez moi et sur ma rue aussi, le sol était devenu une patinoire.

D'accord, enfant, j'ai adoré patiner sur le petit lac de parc, la patinoire de ma ville, non loin de chez nous.

C'était si longtemps!

Et même alors, mon équilibre n'était pas très bon.

Cette photo par Musely, si original! Belle a regarder;;; mois a y passer. Je ne suis pas sortie même pour prendre des images. Non, ce n'est pas vrai. Hier, je suis sortie - un pas sur la glace - et prise en photo les fleurs sous le neige.
POT SOUS NEIGE dRenf
Je ne sais pas d'où venaient ces fleurs et qui les a posé devant la porte au milieu de l'hiver.

Mais elles fleurissent toujours!
devant la porte
Voila devant chez moi, qui m'a décidé a ne pas sortir.

Il y a de la vie après 70 ans, mais il faut faire un peu plus d'attention.

vendredi 3 décembre 2010

Souvenirs


Mon père, ma fille et moi.

Heureux, tous les trois!

Bonne souvenirs.

Curieusement, je ne sais pas quand et a quelle occasion cette photo a été prise.

Est-ce vraiment ma fille ou est-ce mon fils?

Bébé, ils ont ressemblé pas mal l'un l'autre. Peut-être, c'est déjà des années après, en France, avec mon fils bébé.

En tout cas, c'était un moment tellement heureux.

Mon père surement heureux d'être avec moi et d'avoir un petit-fils aussi, si c'est a ce moment-là. Et moi, enchantée du bébé, n'importe lequel, ils m'ont tous les deux rendu absolument heureuse.

Je me souviens des moments bas, de cette époque, mais finalement, les moments heureux avec les enfants ont été les plus longues et ont largement aidé a passer les mauvais moments.

J'essaye décrire le pire point de ma vie, quand soudain mon mari est devenu brutal et brusque, comprendre comment j'ai pu supporter et survivre, mais cette photo-ci probablement me le dit.

Telle joie dans mes enfants!

Mon père n'était que de visite très passagère mais les enfants, ont été avec moi, tout au long. Quelle joie!

jeudi 2 décembre 2010

Découvertes


La plaisir de la communication.

Hier soir, un appel téléphonique, en me disant "dommage pour la réunion mise pour autre fois, mais je voudrais qu'on tient la même équipe tel quel" par la jeune qui aurait dû la conduire.

Katy est même passée devant pour voir si quelqu'un n'était pas venu.

Que c'est fantastique d'avoir des membres de club sur laquelle on peut compter ainsi et qui prennent leur rôles si sérieusement!

Et la photo, découverte ce matin en allant vers la site flickr de quelqu'une qui a photographié une rue paysanne fait en bois. Magnifique surprise, aussi.

En plus, hier soir, on m'a envoyé un lien qui m'a enchantée: enfin nos présentations fait a Manchester a été publié sur YouTube par GrantsWhisky..
True tales "I was ten years old"
Pour ceux qui comprennent l'anglais, je l'ai mise dans ici  "julie a londres" .

J'ai aussi la joie de réécouter a youTube les récit des autres. Intéressant, comment ils ont "édité" les uns et les autres. Aussi comment j'étais sur la scène de près mais aussi de loin.

Je me souviens a plus de réaction de l'audience, mais probablement mon récit dure même sans cela assez... 12 minutes en temps réelle au lieu de dix!

En tout cas, chaque vidéo m'apprends des choses q faire, et q ne pas faire ! Surtout, dans une grande salle, malgré les deux énormes écrans, je peux, la prochaine fois, augmenter mes mouvements, les amplifier.

mercredi 1 décembre 2010

Chaperon


J'ai enfin lavé la vaisselle accumulée, depuis quelques jours.

J'ai prise un taxi pour aller a l'hôpital pour mes examens échographie, puisque le matin le bus habituelle ne marchait pas, en plus sous le neige il glisse énormément.

Je suis arrivée a temps!

Après presque une heure d'attente, comme d'habitude aux docteurs, échographe m'a ausculté. D'abord mes reins.

Ensuite, en demandant une jeune infirmière venir comme Chaperon, - chaperonne? a continué, interne.

En 76 ans, c'est la première fois que j'ai eu une "chaperon"!

Je suis revenue en bus, puis, très lentement, avec peur, de bus jusque la maison, sur la route plus en neige que le reste, c'était plus sure que la route "nettoyée" mais glissant, glacée par endroits.

Ce soir, pas de réunion, je ne pourrais lire les poèmes choisis, une autre fois...

Heureusement, ce n'est pas moi qui a dû la décider.